Désormais, vos prescriptions médicales ont une validité de trois mois

Version imprimableVersion PDF
05/11/2019

Depuis le 1er novembre, les prescriptions médicales ont une durée de validité de 3 mois. Le médecin pourra cependant prolonger la validité jusqu'à un an maximum.

Auparavant, un pharmacien pouvait délivrer un médicament prescrit sans limite dans le temps. Lorsqu’un remboursement est prévu, l’assurance soins de santé rembourse ce médicament jusqu'à la fin du troisième mois qui suit la date de prescription. Cette distinction a disparu le 1er novembre 2019. Le délai dans lequel le pharmacien peut délivrer un médicament au patient et le délai pendant lequel ce médicament est remboursable vont s’aligner et se simplifier. Sauf autre précision du prescripteur, le patient aura 3 mois pour aller chercher son médicament à la pharmacie.

S’il l’estime nécessaire en raison de la situation particulière d’un patient, le prescripteur peut toujours spécifier une durée de validité plus courte ou plus longue que les 3 mois. La validité d'une prescription médicale ne peut cependant jamais être supérieure à un an. Si le prescripteur estime qu’une durée de validité plus longue ou plus courte que les 3 mois est nécessaire, cette même période sera valable pour le remboursement du médicament.

 

Une période de transition est prévue. À partir du 1er février 2020, l’ancien modèle pour la prescription papier ne sera plus valide, et les prescripteurs devront utiliser le nouveau modèle.

 

Pour les prescriptions électroniques, la période de transition s’étend jusqu'au 31 mai 2020. Jusqu'à la fin de leurs périodes de transition respectives, la période de validité des prescriptions « papier » établies sur ancien modèle et celle des prescriptions électroniques sera obligatoirement de 3 mois.