Démarches

Vous devez avertir votre employeur et lui envoyer un certificat médical au plus tard le 2e jour ouvrable qui suit celui où l’incapacité a commencé, soit par voie recommandée, soit en le déposant directement à l’entreprise contre accusé de réception. La mutualité doit être prévenue dans les délais habituels par le biais du certificat médical original (28 jours pour une employée, 14 jours pour une ouvrière, 2 jours pour une chômeuse).

Indemnisation

Indemnisation lorsque l’incapacité débute AVANT le congé prénatal et se prolonge pendant celui-ci.

Cette incapacité de travail est assimilée à un congé de maladie normal. Un salaire garanti est donc dû par l’employeur pendant les 30 premiers jours de l’incapacité pour les employées et les 14 premiers jours pour les ouvrières. Passé ce délai, c’est la mutualité qui vous verse une indemnité d’incapacité de travail s’élevant à 60 % de la rémunération brute (indemnités plafonnées).

Cette indemnisation perdure jusqu’à la veille du premier jour de la sixième semaine précédant la date présumée de l’accouchement. À partir de ce moment, l’indemnité de maladie est remplacée par l’indemnité de maternité pour une durée de 15 semaines. Si vous êtes en incapacité de travail durant la totalité des 6 semaines qui précèdent l’accouchement (8 en cas de naissances multiples), vous pouvez bénéficier d’une semaine complémentaire de repos postnatal indemnisée à hauteur de 75% de la rémunération brute perdue (indemnités plafonnées).

Pour plus d'infos sur la durée du congé de maternité en cas d'incapacité de travail avant l'accouchement, cliquez ici.

Indemnisation lorsque l’incapacité débute APRES le congé prénatal et se prolonge pendant celui-ci.

Dans la majorité des cas, la période d’incapacité sera considérée comme du repos de maternité, le montant de l’indemnisation étant plus favorable.