Le congé d'allaitement

Version imprimableVersion PDF

Le congé d'allaitement est une période d’interruption de travail qui succède au congé de maternité et dont le but est de vous permettre d’allaiter votre enfant.

Dans le secteur public

Aucun congé d’allaitement n’existe en tant que tel pour le secteur public. Par contre, l’interruption de carrière et le congé parental sont un droit. Toutefois, si les conditions sont réunies, la contractuelle peut bénéficier du « congé d’écartement pour allaitement ».

 

Dans le secteur privé

Plusieurs situations sont possibles.

 

Convention collective

Il peut exister une convention collective dans votre secteur d’activité ou dans votre entreprise qui prévoit un congé d’allaitement, généralement non rémunéré, de durée variable.

 

Accord individuel avec l’employeur

Un accord individuel peut être pris avec votre employeur pour obtenir un congé sans solde de durée variable. Lors d’un tel congé, pour maintenir ses droits auprès de la mutuelle, il faut s’acquitter d’une cotisation continuée auprès de la mutuelle.

 

Congé d’écartement pour allaitement

Si vous devez exécuter une profession comportant des risques pour vous-même et votre enfant, vous pouvez bénéficier d’un congé d’allaitement indemnisé à concurrence de 60 % du salaire brut (indemnités plafonnées). C’est le médecin du travail qui décide dans l’entreprise des types de travaux dangereux pour la santé de l’enfant et des catégories de personnel pouvant être visés par des mesures d’écartement du travail. La femme qui allaite a donc intérêt à s’adresser au médecin du travail si elle estime que son travail présente des risques.

 

Le congé d’écartement pour allaitement n’est indemnisé par la mutualité que pour une période maximale de 5 mois à partir du jour de l’accouchement.

 

Pour savoir quels sont les travaux susceptibles d’être néfastes pour le lait maternel, contactez le SPF Emploi, Travail et Concertation sociale : cbe.bruxelles@emploi.belgique.be